2016- Papiers

/ Papiers, exposition personnelle au Château de Ratilly ( Yonne)- 2016

Vue avec: Grand pan, encre et pigment sur papier replié, 276x278, 2015 et Partition 14, encre pigment sur papier plié, 138x137, 2014- Natalia Jaime-Cortez

Grand pan, encre et pigment sur papier replié, 276×278 (2015) et Partition 5, encre pigment sur papier plié, 138×137 (2014) Natalia Jaime-Cortez

Vue avec: 31- Partition 12, encre pigment sur papier plié, 138x137, 2014 32- Partition 13, encre pigment sur papier plié, 138x137, 2014 33- Partition 11bis, encre pigment sur papier plié, 138x137, 2014- Natalia Jaime-Cortez

Partition 12, 13, 11 bis, 14, encre pigment sur papier plié, 138×137 (2014) – Natalia Jaime-Cortez

Il y a une grande quantité de bleu pour dire le bleu, pigment balayé sur papier plié, 412x276, 2016- Natalia Jaime-Cortez

Il y a une grande quantité de bleu pour dire le bleu, pigment balayé sur papier plié, 412×276, 2016-   Natalia Jaime-Cortez

Il y a une grande quantité de bleu pour dire le bleu, pigment balayé sur papier plié, 412x276, 2016- Natalia Jaime-Cortez

Il y a une grande quantité de bleu pour dire le bleu, pigment balayé sur papier plié, 412×276, 2016-      Natalia Jaime-Cortez

Trilogie de la couleur Dispositif performatif avant et après. Avec Chant, L’inaugure et Il y a une grande Quantité de bleu pour dire le bleu. Plâtre, papier, pigment. 2016 Natalia Jaime-Cortez

Trilogie de la couleur. Dispositif performatif avant et après. Avec Chant, L’inaugure et Il y a une grande Quantite de bleu pour dire le bleu. Plâtre, papier, pigment. 2016 Natalia Jaime-Cortez

Trilogie de la couleur. Dispositif performatif avant et apres. Avec Chant, L’inaugure et Il y a une grande Quantite de bleu pour dire le bleu. Plâtre, papier, pigment. 2016 Natalia Jaime-Cortez

Trilogie de la couleur. Dispositif performatif avant et après. Avec Chant, L’inaugure et Il y a une grande Quantite de bleu pour dire le bleu. Plâtre, papier, pigment. 2016 Natalia Jaime-Cortez

Vue Papiers- Château de Ratilly- Natalia Jaime-Cortez

Trilogie de la couleur. Dispositif pour Chant. Pigment sur papier (2016) Natalia Jaime-Cortez

Vue avec Pan 1, encre et pigment sur papier replié, 138x145, 2015 et Per Venezia, encre et pigment sur papier replié, 80x83, 2015- Natalia Jaime-cortez

Pan 1, encre et pigment sur papier replié, 138×145 et Per Venezia, encre et pigment sur papier replié, 80×83 (2015) Natalia Jaime-Cortez

Per Venezia, encre et pigment sur papier replié, 80x83, 2015 Natalia Jaime-Cortez

Per Venezia, encre et pigment sur papier replié, 80×83 (2015) Natalia Jaime-Cortez

25- Plump up, encre et pigment sur papier plié, 2015- Natalia Jaime-Cortez 26- Pan 2, encre et pigment sur papier replié, 145x157, 2015

 Plump up, encre et pigment sur papier plié et Pan 2, encre et pigment sur papier replié, 145×157  (2015)  Natalia Jaime-Cortez

Plump up, encre e tpigment sur papier plié- Natalia Jaime-Cortez 2015

Plump up, encre et pigment sur papier plié (2015) Natalia Jaime-Cortez

Ensembles de dessins, encre et pigments sur papiers, 35x35, 2012-2016, Natalia Jaime-Cortez

Ensembles de dessins, encre et pigments sur papiers, 35×35 (2012-2016) Natalia Jaime-Cortez

Ensembles de dessins, encre et pigments sur papiers, 35x35, 2012-2016, Natalia Jaime-Cortez Natalia Jaime-Cortez

Ensembles de dessins, encre et pigments sur papiers, 35×35 (2012-2016) Natalia Jaime-Cortez

Sans titre, encre et dessin sur papier, 35x35,2013,- Natalia Jaime-Cortez

Sans titre, encre et dessin sur papier, 35×35 (2013) Natalia Jaime-Cortez

Vue Quinze partitions, Encre et pigment sur papier plié. Ouvert 138x137, plié 38x38, 2015

Vue Quinze partitions,
Encre et pigment sur papier plié. Ouvert 138×137, plié 38×38 (2015) Natalia Jaime-Cortez ( en savoir + ICI )

Trilogie de la couleur/ Performance réalisée pour le jour du vernissage. Reprenant Chant, L’inaugure et Il y a une grande Quantité de bleu pour dire le bleu.

©Images Esméralda Da Costa

Trilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-CortezTrilogie de la couleur, 2016, Natalia Jaime-Cortez/Communiqué de presse

Papiers, Natalia Jaime-Cortez Château de Ratilly 9 avril- 12 juin 2016

On pourrait parcourir l’exposition en ayant en tête une succession de gestes et de protocoles : plier, repasser, user, frotter, balayer, ensevelir, casser. Imaginer le corps de l’artiste en proie à la matière vibrante et souple qu’est le papier; une matière absorbante, poreuse, jouant avec toutes ses faces : point de recto, ni de verso, le papier est en perpétuel déploiement.

Ou pourquoi pas, en guise d’introduction, regarder la courte vidéo Paestum où Natalia Jaime-Cortez circule sur des mosaïques de siècles anciens dans une danse naïve. Le contemporain par sa présence et le passé séculaire se superposent pour créer une brèche temporelle sensible et poétique qui nous questionne. Sur les motifs réguliers du sol, les rosaces s’entrelacent à l’infini, l’artiste joue, elle trace sa ligne, son rythme, sa danse.

Natalia Jaime-Cortez interroge avec des moyens élémentaires (papier, plâtre, pigment et encre) notre présence dans un monde fait de fragilité et de mouvements. Le geste, l’acte et le corps sont au coeur de sa pratique.

L’exposition Papiers présente un ensemble de séries récentes liées à sa pratique du pliage comme dessin.

Les Partitions (2014-2015) d’une part, où la structure forte du pli forme un quadrillage précis qui contraste avec la présence de l’encre diffuse et évanescente. En 2015 Natalia Jaime-Cortez réalise l’ensemble Quinze Partitions, où elle affirme le jeu entre le pli et le dépli par la variation de son geste de trempage dans l’encre, selon quinze possibilités établies. Cette série se présente repliée comme ouverte. Les Pans (2015) affirment quant à eux le rapport de l’artiste à la couleur et au grand format. Le papier est à la limite de la déchirure. Il s’apparente à une peau teintée, érodée par le temps, un pan de surface au bord de se défaire.

Ce que l’artiste met en jeu dans sa pratique graphique, elle l’interroge en toute continuité dans ses performances.

Pour le Château de Ratilly Natalia Jaime-Cortez conçoit dans la pièce centrale ouverte sur la cour son premier espace dit «performatif ». Les éléments de la performance sont là. Ils demeurent en vestiges du geste et de l’action qu’elle aura menés pendant le vernissage. Ce sont les traces d’un corps qui a fait des tentatives, des actions répétitives et simples autour de matériaux bruts pour donner à voir la couleur.

Il y a une grande quantité de bleu pour dire le bleu, grand format bleu outremer, a été conçu spécialement pour cet espace. Ce papier balayé de pigment se déploie avec légèreté dans toute la pièce . Le bleu est une couleur emblématique pour l’artiste. Une couleur qui a besoin d’être seule, unique. Tandis que l’une des faces du papier continue de se diviser par le pliage, l’artiste assume avec l’autre face le monochrome comme unité, comme lieu du rassemblement structurant l’espace où le corps aura su évoluer.

Enfin elle présente un grand ensemble de dessins graphiques où se mêlent lignes, mots et couleurs. Ils viennent rappeler le flux continu du geste de la main à même la feuille. Ils sont ce que l’improvisation est à la danse ou à la musique, et témoignent de la primauté du dessin, force de proposition infinie, que Natalia Jaime-Cortez interroge sans cesse.

Ilatana Zet

www.lyonne.fr - Puisaye - TREIGNY (89520) - Le château de Ratil

 

 

Publicités