2015-Il y a une grande quantité de bleu pour dire le bleu

Natalia Jaime-Cortez BleuIl y a une grande quantité de bleu pour dire le bleu

Performance présentée dans le cadre des « 24h de la Parformance » au Générateur- 2015

Troisième performance du cycle sur la couleur. Après Chant et L’inaugure.

Papier calque, pigment bleu outremer, plâtre.

J’ai fait rouler ma boule. Entre les gens la boule a circulé, la boule a tracé des chemins. J’ai joué à la balle. Une ballade avec un beau ballon pas rond.  J’ai fait rouler ce ballon pour lancer mes yeux au raz du sol et tourner en rond à côté des autres, partout, pour voir partout et laisser des traces. Des traces partout de boules roulantes, des petits bouts de boule blanche. Rouler et cogner le sol qui résonne, cogner les murs qui claquent, rouler et cogner les gens, rouler et déplacer les foules. Se déplacer, marcher, courir, ramper. Faire sa place. La boule se défait. La boule s’effrite, la balle se réduit. Il faut s’arrêter. J’explose ce qui reste de la boule- J’éclate la boule balle ballon. Comme un fruit la boule s’éventre et révèle sa pulpe. Là enfouis dans les tréfonds du plâtre coulé, saisit dans le raidissement instantané du liquide: le bleu. Il faut une grande quantité de bleu pour dire le bleu. Papier recroquevillé se déplie, surface se déploie, pigment se répend en marée où plonger. Bleu beaucoup. Unique bleu.

©Images Alexandre Perrot et Emma Bourgin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s